Le Parlamentarium

« Belgique – Bruxelles – Parlement européen » by saigneurdeguerre

Premier article sur notre séjour à l’IHECS, il convient de vous plonger dans le contexte de notre arrivée ! 

Nous sommes descendus en gare de Bruxelles le samedi 25 janvier. La semaine suivante a été consacrée à notre intégration et celle de tous les nouveaux étudiants Erasmus de l’IHECS. Loïc Hennemont, qui travaille au service des relations internationales de l’école nous avait préparé une semaine de cours et de visites pour découvrir la culture Belge et la ville de Bruxelles. 

Ça a été l’occasion de faire connaissance avec nos camarades qui viennent du monde entier. Tous les continents sont représentés (à l’exception de l’Océanie) à travers la soixantaine d’étudiants arrivés ce semestre. 

Chaque matin nous avons eu un cours. Un sur l’Union européenne, un autre sur les spécificités culturelles et un dernier sur les institutions belges. Les après-midi étaient dédiés aux visites. Nous avons visité le centre historique de Bruxelles, une fabrique de chocolat et le musée Magritte par exemple. Mais aujourd’hui je souhaite vous parler de notre visite au Parlamentarium : le musée du parlement européen.

Le musée en soit n’est pas particulièrement plus intéressant qu’un autre, il nous fait redécouvrir l’histoire de l’Union européenne à travers une exposition interactive. 

Ce qui, en revanche, était intéressant c’est le moment où nous nous y sommes rendus. Nous étions en effet à la veille d’un événement historique pour cette organisation politique : Le Brexit ! 

Le 31 janvier 2020 le Royaume Uni a en effet quitté l’Europe des 28 qui se nommera désormais l’Europe des 27. 

Nous avons senti qu’une atmosphère particulière régnait dans le quartier européen de la capitale Belge. Le musée lui aussi était en plein préparatifs de l’événement, ce qui nous a d’ailleurs empêché d’accéder à une partie de l’exposition. 

Si on y retourne dans quelques années, vous pouvez être sûrs que ce jour du 31 janvier 2020 y sera mentionné. On pourra jouer les anciens en disant que nous avons visité ce musée à une époque où l’Union européenne était encore composée de 28 pays ! 

Louison

Bruxelles : découverte d’un lieu

Pour cette première semaine à Bruxelles, j’ai eu l’occasion, durant ma semaine d’intégration, de découvrir de superbes endroits comme des bars, des monuments historiques, des musées…

Un lieu a retenu mon attention, le « Celtica ». Il s’agit d’un bar, rue Marché aux Poulets, un nom peu commun je vous l’accorde ! Nous nous y sommes retrouvés un soir avec une partie des étudiants Erasmus pour boire un verre. Ce lieu chaleureux, en plus de proposer des bières à la modique somme de 1 euros, nous a permis de faire plus ample connaissance. 

Je me suis découverte un caractère sociable, en effet j’aime vraiment échanger avec des personnes provenant de continents différents du mien. C’est très intéressant de pouvoir comparer les différentes habitudes et coutumes entre chaque culture.

Cependant, ce n’est pas facile de se faire comprendre dans un lieu bruyant lorsqu’on ne parle pas très bien anglais, mais avec Amélie et Louison à mes côtés, j’ai pu échanger plus facilement et passer un agréable moment. 

Alexa SIMONI

Atacama

Nous sommes partis pendant 3 jours dans le désert d’Atacama situé au Chili. Ce qui est impressionnant dans ce désert, c’est que les paysages peuvent changer en très peu de temps.

1er jour :Nous avons atterri à Calama à 9h00 pour rejoindre San Pedro de Atacama 1h30 après pour arriver à notre auberge.

Nous sommes restés quelques minutes pour poser notre sac et visiter un peu l’auberge, qui d’ailleurs était très agréable.

Nous nous sommes baladês toute la journée  dans San Pedro, qui est la ville touristique du désert. Dans un premier temps, il fallait que nous réservions nos tours, c’est à dire nos activités accompagné d’un guide, pour les deux jours qui allait nous suivre. Parmi tous les tours proposés nous avons dû comparer les prix et choisir les endroits les plus attrayants. 

Ensuite nous nous sommes baladés et inévitablement tombés sur les boutiques de touristes.

2ème jour : Levés 7h, direction la Vallée Arcoiris accompagnés de notre guide Antoine, un français qui vit au chili depuis maintenant 8 ans. Si par tout hasard vous souhaitez avoir son numéro pour un éventuel trip à Atacama envoyez-moi un message. Nous avons bien rigolé il est très sympa!

Après une heure de route en vanne nous arrivons  devant ce paysage magnifique. Des couleurs  impressionnantes. Les roches vertes, rouges et jaunes, nous emportent dans une véritable peinture.

Les couleurs montrent la grande richesse et les différentes concentrations d’argile, de sel et de minéraux. D’autre part, il y a aussi des formations rocheuses intéressantes résultant de l’érosion.

Sur le chemin du retour nous sous sommes arrêtés dire bonjour à des lamas. Nous avons tenté de s’approcher mais après s’être fait presque cracher dessus nous avons constaté que nous étions trop près. 

Après une pause, de retour à notre auberge, nous partons dans la Vallée de la Lune. 

Un vrai paysage lunaire, qui a été modelé pendant des millénaires par l’érosion de l’eau et du vent. Le sol est formé de canyons, de crêtes pointues, de ravins et des monticules de couleurs gris et ocre qui lui donne une apparence qui ressemble à la Lune.

Cette vallée se caractérise par l’absence d’humidité, de flore et de faune. Son climat désertique et en altitude lui donne une grande amplitude thermique entre le jour et la nuit.

3 ème jour : Nous nous sommes levés à 4h pour voir les geysers. Sous -12 de température, le paysage était spectaculaire. Des geysers jaillissaient du sol à une une température de 30 degré. Il était possible de se baigner. 

L’après- midi nous nous sommes rendu dans un désert de sel pour voir les lagunes. Le paysage de couleur dominante blanc le rend si paisible. Nous marchons donc sur du sel une vingtaine de minutes, le temps de passer devant différentes lagunes, pour atteindre la dernière dans laquelle il était possible de se baigner. Etant pleine de sel, nous sommes donc porté par l’eau au milieu du désert. Ce sel vient de la dissolution des sels du sol volcanique de la région environnante, par les eaux des précipitations sur la chaîne andine à proximité.

Si l’on goute le sel on peut constater qu’il est énormément salé car il ne contient pas d’iode.

Il est ensuite temps de reprendre la route jusqu’à l’auberge, et prendre l’avion pour rentrer à Santiago avec pleins d’images en tête.

Marion

Stuttgart 2019 : notre bilan

Angeline

C’est avec beaucoup d’émotions que je viens aujourd’hui vous faire mon bilan d’Erasmus, mais par où commencer? Ces 5 mois à l’étranger m’ont fait grandir sur tous les plans, humainement et scolairement parlant. Je rêve de participer à ce programme depuis le collège notamment pour pouvoir étudier en anglais, c’est pour cela que je suis partie direction Stuttgart! Au début, j’appréhendais de partir en Allemagne, ne connaissant pas la langue et n’étant pas attirée par ce pays. Mais figurez-vous que les Allemands parlent super bien anglais, tout en gardant un fort attachement à leurs traditions! En 5 mois, tous mes à priori sur l’Allemagne se sont envolés car j’ai vraiment appris à découvrir cette culture chaleureuse et festive.

A l’école, en plus des étudiants allemands et l’équipe pédagogique qui nous ont accueillis très chaleureusement, j’ai vécu dans une résidence remplie d’étudiants internationaux venus des 4 coins du monde. Soirées, entraide, partage: c’était les maîtres-mots de cette communauté internationale. Là-bas, personne n’était laissé seul et tout le monde trouvait son petit groupe d’amis. Quand on part loin de ses proches dans une ville inconnue, c’est déjà très rassurant. J’ai voyagé rien qu’avec les rencontres que j’ai faites. Mais j’ai également eu beaucoup de temps libre pour explorer l’Allemagne et quelques pays alentours, vous le savez si vous nous avez suivies sur les réseaux sociaux!

L’expérience Erasmus est enrichissante en tout point car elle vous fait sortir de votre zone de confort pour vous faire voyager et apprendre. C’est une chance de pouvoir s’immerger dans une culture et étudier dans une nouvelle école le temps d’un semestre alors je tenais à remercier l’IUT Bordeaux Montaigne et Madame Blot d’organiser de tels partenariats pour enrichir notre cursus et notre esprit. Même si ça peut être intimidant au début, tous les souvenirs que j’ai créés au cours de ces 5 mois resteront à jamais gravés dans ma mémoire. Je suis fière d’avoir pu réaliser tous les projets que je souhaitais au cours de ce semestre à l’étranger, chose que je n’aurais pas pu réaliser en restant dans ma routine bordelaise. Erasmus c’est l’aventure d’une vie, c’est l’aventure que je raconterai encore dans 20 ans, des étoiles dans les yeux. J’ai réalisé mon rêve et je vous souhaite à tous de vous lancer dans cette expérience extraordinaire que l’on ne vit qu’une fois!

Angelina

Rentrée depuis une semaine dans ma petite campagne française, il est temps de faire un bilan de cette expérience Erasmus qui m’a fait grandir et évoluer.

Nous vivons tous l’aventure Erasmus d’une manière différente. Certains se font des dizaines d’amis et sortent en soirée très souvent, d’autres se plongent dans les cours, d’autres encore en profitent pour voyager et découvrir le patrimoine de leur pays d’accueil et de ceux aux alentours. Je fais partie de la troisième catégorie. Amoureuse de voyages, ces quatre mois m’ont offert l’occasion de partir à Copenhague, Munich, Athènes, Berlin et la Crète, en plus de visiter les villes aux alentours de Stuttgart. Mes coups de cœur ? Esslingen, Tübingen, Heidelberg et les jardins de Ludwigsburg.

Si au premier abord Stuttgart ne m’a pas paru être la ville parfaite pour moi, prendre le temps de visiter les villes autour et certains quartiers a été la meilleure décision. L’Allemagne est un pays magnifique si on prend le temps de le découvrir et il regorge de paysages variés, entre les plaines des campagnes, la forêt noire en Bavière, le rythme endiablé et presque rebelle de Berlin, la beauté des jardins, les nombreux châteaux, etc. C’est aussi très simple de voyager depuis Stuttgart car l’aéroport desserre de nombreux pays et villes, et l’Allemagne est un pays frontalier de beaucoup d’autres. 

Erasmus, c’est aussi rencontrer des personnes qui vous marqueront parmi la cinquantaine d’étudiants internationaux qui sont ici en même temps que vous et les étudiants allemands de l’université. Des personnes qui vous poussent dans vos projets, qui deviennent vos piliers pour certains, qui vous permettent de tenir quand ça devient difficile. Une véritable ambiance de soutien règne entre tous les Erasmus. 

Mais l’aventure Erasmus, c’est avant tout grandir. Ces quatre mois à l’étranger m’ont changée et m’ont permis d’évoluer, de me définir, de me construire. Comme dans toute expérience, il y a eu des hauts et des bas, mais chaque événement m’a permis d’apprendre sur moi et sur les autres, de savoir ce que je veux et ce que je ne veux pas. Je sens que je suis plus indépendante qu’avant, que ma vision sur certaines choses a changé. J’ai découvert qui j’étais, et je ne regrette pas d’avoir tenté l’aventure Erasmus. Si vous avez l’occasion de vivre cette expérience, foncez.

Merci à vous d’avoir suivi nos aventures, en espérant qu’on vous a fait voyager avec nous !

Annabelle

Revenir sur cette aventure en quelques mots ce n’est pas simple, beaucoup de moments me viennent à l’esprit. Ce semestre Erasmus a été bien plus qu’un changement, il marque une réelle évolution dans ma vie personnelle comme professionnelle. Ces six mois ont été ponctués de rencontres, de voyages, d’opportunités, et de connaissances. Partir à l’étranger et se confronter à l’inconnu permet d’en apprendre davantage sur soi et le monde qui nous entoure. Parfois il faut savoir partir au bon moment pour mieux revenir. 

Stuttgart par diversité est une ville surprenante, s’y perdre est parfois nécessaire pour saisir ces instants qu’on n’oubliera pas. J’ai pu y rencontrer des personnes formidables, notamment mes amis allemands qui ont su m’intégrer à leur pays et à leurs projets. Et puis mes deux amies de Singapour, Esther et Enkainia avec qui j’ai partagé cette aventure et maintenant ces beaux souvenirs. 

Je suis très reconnaissante d’avoir pu vivre cette expérience. Ainsi je souhaite remercier particulièrement Madame Blot pour sa confiance, et pour nous offrir cette belle opportunité de partir. 

Santiago : notre bilan

Anaé

3 mois et demi d’immersion. En voilà une expérience qui fait grandir. Nouveau pays, nouvelle population, nouveaux paysages, nouvelle culture… bref que du nouveau quoi !

Je suis très reconnaissante d’avoir pu vivre cette expérience. Le Chili est un pays magnifique et plein de richesses. Malgré un petit décalage psychique entre les Français et les chiliens (qui ont parfois quelques problèmes de logique et rapidité), ce sont des gens d’une grande gentillesse et serviabilité. Le rythme de vie n’est pas si loin du Français, dont il se rapproche d’ailleurs plus que de celui Espagnol. L’adaptation se fait donc plutôt rapidement. En tant qu’étudiant Erasmus, les cours sont légèrement moins intenses, ce qui permet d’effectuer de nombreux voyages au sein ou hors pays. En petit ou grand groupe, ces moments nous rapprochent et nous font découvrir de vraies merveilles.

Ce séjour restera un super souvenir, du fait des nombreuses rencontres que j’y ai faite et de la beauté du pays.

.

Zoé

Hola muchachos !

Alors que vous lisez notre article bilan, je viens tout juste de monter dans l’avion pour rentrer en France. Comme vous pouvez le voir, on est plutôt bons dans les timings chez Read and Ride !

Mon aventure chilienne vient donc de prendre fin, après un petit peu plus de quatre mois passés ici.

Ce fut vraiment une magnifique expérience qui m’a permis de suivre des cours passionnants, de réaliser de supers projets et de faire de nombreuses rencontres. J’ai beaucoup appris sur le Chili, son histoire et sa culture.

J’ai même eu la chance de prendre des cours de danse et de réaliser un de mes rêves : voir les étoiles à Atacama !

Je tiens sincèrement à remercier l’IUT Bordeaux Montaigne et plus particulièrement Madame Blot, qui met toute son énergie et sa volonté pour mettre en place de si jolis partenariats. Merci de m’avoir permis de vivre une telle aventure.

C’est donc sur ces quelques mots que je vais vous laisser pour finir mon trajet… Il est maintenant temps pour moi de faire place au mémoire, au job d’été et à la licence pro… tout un programme !

Et surtout, si vous avez l’occasion de voyager, que ce soit pour vos études ou pour des vacances, n’hésitez pas : foncez !

Hasta luego

Marion

C’était si chouette!!! Partir à Santiago pendant 4 mois a été une super expérience et une véritable déconnexion. Ces mois sont passés en un éclair mais ils m’ont permis de découvrir une nouvelle culture et être plus autonome. Cela renforce énormément la confiance en soi !

Apprendre l’espagnol est aussi un des points pour lesquelles je suis ravie d’avoir fait ce voyage. Je me suis beaucoup améliorée en parlant tous les jours des langues différentes.

Ça devient plus facile d’échanger avec des étrangers au fur et à mesure et ça donne de plus en plus envie d’aller vers les autres !

En rencontrant des gens de nationalités différentes nos visions changent beaucoup. Ce que j’ai vraiment préférée pendant cette période, c’est la découverte permanente, par rapport aux pays et aux échanges avec des étrangers. Avec les voyages on à vraiment la sensation de voir la vie en plus grand, et surtout on se découvre aussi. Bref que des good vibes alors si vous avez l’occasion fuyez !

On a pu aussi faire des voyages incroyables, ce n’était pas très cher et tout était plutôt proche. Je n’avais jamais vu d’aussi beaux paysages, c’était dingue! Que des bons souvenirs qui mêlent rencontres et aventures.

C’était parfait merci ☀️

Quelques jours à Francfort…

Quelques jours à Francfort…

Désignée comme la capitale économique de l’Allemagne, Francfort n’est pas la première destination à laquelle on pourrait songer visiter. Mais c’est bel et bien une erreur.

De son centre d’affaire caractérisé par ses hauts buildings, aux quartiers historiques, en passant par Sachsenhausen, Francfort est une ville de contrastes et c’est ce qui fait son caractère.

Une ville qui sait étonner par sa diversité architecturale.  D’une rue à l’autre nous passons des surfaces en glasses des gratte-ciels aux façades des maisons à colombages Place Römer.

Arrêt Merienplatz

Les stations de métro sont elles aussi singulières, colorées et reflet d’une ville où la culture a une place importante. Francfort rassemble de nombreux musées, la plupart sont concentrés le long de la rive du Main, et le choix est large. J’ai passé l’après-midi au Musée Städel qui est l’un des plus importants et des plus célèbres musées d’art en Allemagne. Il est essentiellement dédié à l’art européen du XIVe au XXe siècle, et recence des oeuvres majeures de la Renaissance, de l’époque Baroque à l’époque moderne jusqu’à l’art contemporain. Un conseil allez-y!

Innenstadt
Pont Eiserner Steg

Ensuite il suffit de traverser le célèbre pont, Eiserner Steg pour arriver dans un quartier qui offre une parenthèse inattendue à ce voyage, Sachsenhausen. Quartier haut en couleurs se situant sur la rive gauche, il contraste par son calme, ses nombreux cafés, et ses maisons colorées. Une tout autre ambiance y règne, loin du tumulte du quartier des affaires, ici le temps semble s’être arrêté.

Sachsenhausen

Lorsque l’on revient en centre-ville, en se promenant entre les buildings, on se retrouve rapidement les pieds dans l’herbe. Palmengarten est un parc à la superficie de 22 hectares en plein cœur de la ville. Les quatre serres principales abritent une multitude de variétés de plantes, de fleurs, et d’arbres provenant du monde entier.

Palmengarten

Considérée comme une ville mondiale de premier plan grâce à sa puissance économique, ses infrastructures et sa richesse culturelle, Francfort saura vous étonner par ses multiples visages.

Bis Bald,

-Annabelle

La Crète en une semaine (ou plus !)

Je vous disais il y a quelques jours dans mon article sur Athènes (vous pouvez le retrouver juste ici) que j’étais partie une semaine en Crète en amoureux pendant mes vacances. Il est temps de vous partager notre expérience sur la plus grande île grecque en vous parlant de nos endroits favoris, ceux que nous avons moins aimés, et ceux que nous n’avons pas eu le temps ou l’occasion de visiter !

Le port de La Canée de nuit

La Crète est une île très grande, contrairement à ce que l’on pourrait penser, alors faire le tour de l’île vous prendra bien plus qu’une semaine si vous souhaitez tout voir. Nous vous conseillons de bouger de région en région en restant environ 3 jours dans chacune d’entre elles et en louant une voiture pendant votre séjour. Pour notre part, nous avions notre pied-à-terre à Gazí, juste à côté de Héraklion, et nous avons décidé de louer une voiture pendant 3 jours afin de nous aventurer dans des endroits que nous ne pouvions pas faire en bus. 

Les routes en Crète

ATTENTION : Le réseau de bus est le seul moyen de déplacement qui existe en Crète si vous décidez de ne pas louer une voiture. Mais rassurez-vous, il est très étendu et peu cher (un ticket à la journée coûte 5 euros et un aller coûte entre 1,20 euros et 2 euros).

Nous voulions également vous partager le lien de notre Airbnb car nous avons eu une formidable expérience. L’appartement est très grand, possède deux balcons, est situé à 50 m de la plage, et le propriétaire est adorable ; il nous a par exemple offert une bouteille de vin blanc et une panière de fruits frais. C’était l’instant pub, maintenant parlons des endroits que nous avons visitée pendant notre séjour !

Les lieux à voir absolument

La Canée

Commençons par un grand incontournable de la Crète : l’ancienne capitale La Canée (aussi appelée Chaniá ou Xaniá) et plus grande ville de l’Ouest de l’île ! Comme dans toutes les villes de l’île, il n’y a que très peu de lieux à visiter, car toute l’ambiance de la ville se ressent en se promenant dans ses rues étroites et sur son port vénitien. Vous pourrez également découvrir le côté Est du port en marchant le long du rempart de Sabbionara jusqu’au phare en passant par le bâtiment des gardes.

Perdez-vous dans les rues de la ville, n’hésitez pas à vous enfoncer un peu au cœur des quartiers moins touristiques. Allez faire un tour au vieux marché, et s’il fait trop chaud (ce qui en serait pas étonnant !), le musée du Folklore et le musée Maritime seront parfaits pour vous !

Si vous avez le temps ou si vous aimez tout simplement vous baigner, l’eau quasi transparente de la mer Méditerranée vous appellera pour un petit plongeon depuis les rochers ou les plages qui bordent la ville.

Seitan Limani et sa plage

Situées à 30 min en voiture de La Canée, les roches de Seitan Limani et sa fameuse plage sont un passage incontournable si vous avez envie de vous baigner dans une eau transparente/bleue/verte mais que vous avez tout de même une âme d’aventurier. La descente en voiture peut faire peur car la route est assez étroite et les virages très serrés, mais la vue en arrivant sur le parking sauvage en vaut vraiment la peine !

Si vous planifiez de vous rendre sur la plage, n’oubliez pas vos baskets (ne portez pas de tongs) car il vous faudra de bonnes chaussures pour descendre la montagne. Nous ne recommandons pas cet endroit si vous avez le vertige ou si vous avez des enfants en bas-âge car c’est plutôt très pentu. Mais si ce n’est pas le cas, allez-y et profitez !

Réthymnon

Sur notre route pour nous rendre à l’Ouest de l’île, nous nous sommes arrêtés pour visiter la ville de Réthymnon, troisième plus grande ville de Crète. Tout comme pour La Canée, n’hésitez pas à vous promener dans les rues de la ville pour découvrir ses secrets. Nous avons vraiment adoré Réthymnon alors que nous ne devions pas nous y arrêter normalement ; quelle erreur cela aurait été !

Mais la principale attraction de Réthymnon est sa forteresse. Comptez 4 euros pour la visiter et n’oubliez surtout pas votre chapeau et votre crème solaire car le site n’est pas ombragé. Nous vous le conseillons vraiment car la vue sur la ville et sur la mer est magnifique et les bâtisses sont très bien conservées, en particulier la mosquée située en plein milieu.

Le monastère d’Arkadi

À 30 min en voiture de Réthymnon, ne ratez pas le monastère d’Arkadi, site pour lequel nous avons eu un véritable coup de cœur. Ce lieu chargé d’histoire (je vous laisse lire la page Wikipédia à son propos si vous le souhaitez, c’est passionnant) a notamment servi de refuge pendant la conquête ottomane au 19èmesiècle. Les couleurs chaudes des pierres, les fleurs, la verdure, la vue sur les montagnes crétoises, tout était magnifique. Mais puisque les images parlent souvent plus que les mots, admirez plutôt.

Si vous avez le temps, une voiture et 2 euros pour l’entrée, foncez, vous ne serez pas déçus !

Bali et Sissi

Ces deux villages n’étaient pas du tout sur notre itinéraire à la base, mais au détour de chemins, nous nous sommes d’abord arrêtés pour admirer le village de Bali. Nous n’avions pas le temps de nous aventurer dans ses rues mais la simple vue depuis la route était à couper le souffle. Cela m’a rappelé les voyages en voiture avec mes parents quand nous nous arrêtions sur le bord de la route pour regarder le paysage (c’est l’instant nostalgie). Si vous avez le temps, je suis persuadée que le village vaut le coup !

Un autre lieu coup de cœur pour nous a été le village de Sissi. Il n’y a pas vraiment de monuments à voir en particulier mais se balader dans les rues et découvrir au détour d’une d’entre elles le petit port du village en vaut la peine. N’hésitez pas non plus à descendre jusqu’à la plage par l’allée ombragée prévue à cet effet, et profitez de la vue en arrivant.

Knossos

Si vous n’aimez pas les sites archéologiques, ce lieu n’est pas fait pour vous. Mais si au contraire vous aimez visiter des ruines et découvrir les lieux qui ont forgés l’histoire de la Crète, n’hésitez pas ! Accessible depuis Héraklion en voiture mais aussi en bus pour seulement 5 euros et en 30 min, le site archéologique de Knossos vaut le détour. Certaines ruines sont très bien conservées et d’autres ont été restaurées, mais globalement le site est vraiment intéressant et très grand. Le site est également lié à la mythologie grecque car il aurait abrité le fameux labyrinthe de Dédale dans lequel était enfermé le Minotaure. 

Pour 16 euros (ou gratuit pour les étudiants), vous pourrez également acheter le ticket d’entrée pour le site (à 15 euros seul, ce qui est assez cher) ET pour le musée archéologique d’Héraklion (qui coûte à lui seul 10 euros). Un bon plan si vous prévoyez de faire les deux. Le ticket est valable pendant 3 jours. Attention toutefois, Knossos est un site très prisé des touristes et des groupes, nous vous recommandons donc d’y aller dès l’ouverture à 8h si vous le pouvez.

Héraklion

La ville d’Héraklion, plus grande ville de Crète, n’est pour moi pas un incontournable de l’île mais un bon pied-à-terre du côté Est. Ce n’est pas non plus un lieu que je ne vous recommande pas, car la ville a du charme et il est agréable de s’y promener. Son port est très charmant bien que petit, et longer sa forteresse est très agréable (mais attention au soleil qui est très traitre, j’ai brûlé ce jour-là !).

Si vous aimez les musées archéologiques, n’hésitez pas à passer une tête au musée archéologique de la ville. Au détour des rues, découvrez la cathédrale Agios Minas et la place des Lions. Sur le chemin, arrêtez-vous prendre une glace à la boutique Da Vinci ou manger un morceau au restaurant Peskesi, l’un des meilleurs restaurants (et sûrement le plus beau) que nous avons pu faire en Grèce.

Les lieux à voir que nous n’avons pas eu le temps de visiter

Par manque de temps, il y a beaucoup de lieux que nous n’avons pas pu visiter à notre grand regret :

  • Les gorges de Samaria : situées dans le Sud-Ouest de l’île, les gorges de Samaria sont un endroit parfait pour une randonnée et découvrir des passages plus sauvages de la Crète.
  • La plage d’Elafonissi : une plage au sable rose, que demander de plus ?
  • Le lagon de Balos : juste un lagon beaucoup trop beau où on aurait bien aimé se baigner.
  • Le village de Loutró : situé non-loin des gorges de Samaria, ce village de pêcheurs aux maisons blanches nous intéressait beaucoup. Attention toutefois, nous avons lu que le village possède de nombreuses plages faites pour les naturistes, alors peut-être que c’était une bonne idée de ne pas y aller haha. Mais la vue a l’air magnifique !

Les lieux qui ne valent pas le coup

Agios Nikolaos

Située à l’Est de l’île, la ville de Agios Nikolaos nous a beaucoup déçus. La preuve est que nous sommes restés à peine une heure et que je suis revenue avec seulement une quinzaine de photos. Hormis le petit port qui a beaucoup de charme et l’eau toujours aussi bleue/verte, la ville ne vaut pas le détour. Avec tout ce qu’il y a de beau à visiter en Crète, ne perdez pas votre temps là-bas !

Malia et Stalida (ou Stalis)

Si vous voulez vous baigner et bronzer au milieu des touristes et passez vos journées sur la plage ou à boire des verres, la station balnéaire de Stalida est faite pour vous, mais apparemment elle ne l’est pas pour nous ! Je suis même revenue sans aucune photo ! En ce qui concerne Malia, nous n’y sommes pas allés mais en nous renseignant, nous avons vu que c’était une ville similaire à Agios Nikolaos et à Stalidas, c’est-à-dire une ville côtière très touristique avec simplement un joli port. Mais si vous êtes de grands adeptes d’archéologie, arrêtez-vous pour visiter son site archéologique.

Nos conseils :

  • Comme pour Athènes, n’oubliez pas votre chapeau et votre crème solaire car même s’il y a du vent (en particulier sur la côte), le soleil est traitre et un coup de soleil n’est jamais très loin.
  • On vous le dira très certainement en arrivant sur place, mais ne buvez pas l’eau du robinet et acheter plutôt de l’eau en bouteille. Ce n’est pas très écologique, mais c’est pour votre bien !
  • Louer une voiture est presque indispensable si vous voulez visiter la Crète alors n’hésitez pas à comparer les prix et surtout à regarder les avis des agences de location. Il y en a tellement qu’on se dit qu’on n’est jamais à l’abri d’une mauvaise expérience. Pour notre part, nous avions loué une voiture pour 3 jours à une agence Hertz pour 95 euros avec l’assurance la plus complète (nécessaire étant donné comment les Crétois conduisent). Le gasoil était également légèrement plus cher qu’en métropole, comme nous en doutions. 
  • Si vous ne restez que quelques jours et que vous cherchez à rester dans une seule région, préférez l’Ouest de l’île qui a beaucoup plus de charme et possède de nombreux endroits et sites à visiter.
  • Si vous prévoyez de partir en excursion (par exemple à Santorin), comparez bien les prix pour éviter les arnaques, car tout comme les agences de location de voitures, les agences de voyages et d’excursions foisonnent.
Le port de La Canée

La Crète est la destination idéale si vous aimez à la fois flâner dans des villes, vous perdre dans des endroits plus sauvages, apprendre sur des sites archéologiques ou des musées, mais aussi vous reposer et bronzer en bord de mer. Nous avons adoré la Crète et je pense que si l’occasion se présente, nous n’hésiterons pas à y retourner.

À bientôt !

-Angelina

4 jours à Athènes

Il est bientôt temps de partir de Stuttgart, alors j’ai profité d’une semaine et demi de vacances que nous avions au milieu de nos cours pour partir quelques jours en Grèce en amoureux. Au programme : 4 jours à Athènes et 8 jours en Crète ! Je vous écrirai très prochainement un article sur mon séjour sur cette île grecque mais attention spoiler : j’ai A-DO-RÉ.

Mais pour l’instant, concentrons-nous sur Athènes, capitale et plus grande ville de la Grèce, avec plus de 650 000 habitants (hors aire urbaine). Athènes est une ville parfaite si vous aimez vous promener et flâner dans des rues et des jardins, mais aussi si vous êtes plus adeptes des musées et des monuments historiques ou archéologiques. Après avoir passé 4 jours à Athènes, je vous ai préparé un itinéraire pour ne rien rater de cette ville qui a tant à offrir !

Vue de la colline Areopagus

Jour 1

Mon avion n’a atterri qu’en début d’après-midi alors le premier jour n’était pas complet mais j’ai tout de même pu commencer à explorer un peu la ville ! De l’aéroport, il est très simple de rejoindre le centre-ville en bus (au prix de 6 euros) ou en métro (10 euros) en une heure environ. Sur place, le ticket de transports métro-bus-tramway coûte 4 euros pour une journée. Le réseau de transports est très bien développé et vous permet d’aller un peu partout dans la ville.

Nous avions décidé de rester dans un Airbnb pour pouvoir vivre au maximum une vie proche des habitants et pouvoir cuisiner après avoir été au marché. Beaucoup de logements existent à des prix très raisonnables alors je vous conseille vraiment cette solution pour rester quelques jours à Athènes ! Notre Airbnb était dans le quartier de Attiki, un quartier populaire mais rempli de charme. Nous avons profité de la fin d’après-midi pour nous y promener en nous perdant dans les rues. Fait intéressant sur Athènes : beaucoup de rues (surtout les grandes rues et avenues) sont bordées d’arbres pour que les trottoirs soient à l’ombre, ce qui n’est pas de refus quand il est fait 31 degrés sans vent !

Au détour des rues, nous avons notamment pu découvrir l’église Saint-Panteleimon et ce que je peux vous dire, c’est que les Grecs sont très doués pour construire des églises ! Nous nous sommes également promenés dans le parc Pedion Areos, l’un des plus grands parcs publics de la ville. Un grand bol d’air frais en pleine ville ! Nous sommes ensuite rentrés à notre Airbnb pour nous reposer afin d’attaquer la première vraie journée de notre séjour.

Jour 2

Nous avons commencé cette journée par un incontournable d’Athènes : la place Monastiraki et son marché où vous pourrez trouver des stands de fruits à des prix défiants toutes concurrences. 1kg de fraises pour 1,20 euros, imbattable pour des fraises si goûteuses ! Nous avons ensuite marché pour rejoindre le premier monument archéologique sur notre chemin : l’ancienne Agora d’Athènes. Le site est très grand et impressionnant, et son musée est également intéressant pour observer quelques statues et objets anciens retrouvés sur les lieux.

LE bon plan de ce séjour, c’était le pass à 30 euros (ou gratuit pour les étudiants) qui nous a permis de visiter l’ancienne Agora d’Athènes, l’Agora romaine, le site de Kerameikos, le site de Lykeion, la bibliothèque d’Hadrien, le temple de Zeus et l’Acropole. Nous vous conseillons grandement de prendre ce pass vendu sur chacun de ces sites pour pouvoir tous les voir à moindre coût, étant donné que l’Acropole seule coûte déjà 20 euros et chaque autre site environ 4 euros. Cela vous évitera également de refaire la queue à chaque fois pour acheter votre ticket.

Après l’ancienne Agora, nous nous sommes rendus vers la bibliothèque d’Hadrian située non loin. N’hésitez pas à vous promener dans les rues si vivantes et remplies d’histoire lorsque vous allez d’un site à un autre, vous ne le regretterez pas ! Tous les sites sont globalement situés dans l’hyper-centre d’Athènes, vous pouvez donc tout faire à pieds. Nous avons donc marché jusqu’au quartier de Kerameikos (littéralement « céramique » en français), l’ancien quartier des potiers. N’oubliez surtout pas votre casquette/chapeau et votre crème solaire, car le soleil tape beaucoup et les sites archéologiques ne sont pas ombragés !

Site de Kerameikos

En fin d’après-midi, nous nous sommes enfin dirigés vers LE site le plus visité d’Athènes : l’Acropole. Si vous le pouvez, aller à l’Acropole dès l’ouverture à 8h du matin pour éviter la chaleur et les touristes, ou en fin d’après-midi pour éviter les groupes de touristes comme ceux des croisières, qui font généralement les visites tôt le matin. Mais globalement, il y a toujours du monde. L’Acropole vaut clairement le détour et nous n’avons pas regretté de l’avoir visitée, car ce lieu est rempli d’histoire et très impressionnant. La vue est également imprenable, et vous pourrez vous rendre compte de la grandeur de la ville que l’on ne soupçonne pas forcément. Comptez environ 1h pour visiter l’Acropole. Nous avons décidé de ne pas faire le musée de l’Acropole, mais comptez 10 euros en plein tarif si vous souhaitez le faire.

Le Parthénon

Un autre incontournable d’Athènes est le quartier de Pláka, situé en contrebas de l’Acropole. C’est le quartier le plus ancien de la ville, qui est maintenant devenu LE lieu pour sortir le soir, dîner et boire un verre. Encore une fois, baladez-vous dans les rues, perdez-vous, et allez découvrir le petit quartier de Anafiótika, un quartier dans un quartier, avec des maisons blanches et des petites ruelles semblables aux paysages des îles grecques. N’oubliez pas de regarder les murs qui vous entourent, vous pourriez tomber sur des œuvres de street art qui valent le coup ! Pláka est certainement mon quartier favori d’Athènes (pas très original je sais), et je vous le conseille mille fois !

Jour 3

Pour ce troisième jour, nous avons commencé par visiter les jardins nationaux d’Athènes. Une grande bouffée d’air frais en pleine ville, et ça fait un bien fou ! Je vous conseille tout de même de faire cette visite en après-midi quand il fait chaud. Nous sommes ensuite allés sur le site archéologique de Lykeion. Ce n’est pas un site que je vous conseille car il n’y a rien de particulièrement intéressant ni même impressionnant à découvrir. Le site est situé assez loin des autres donc ne perdez pas de temps à y aller, ou alors baladez-vous simplement dans les rues aux alentours.

Un site que je vous recommande mille fois au contraire : le stade Panathenaic qui a accueilli les premiers Jeux Olympiques modernes. Ce lieu vaut clairement le détour, mais je vous conseille d’y aller le matin pour ne pas mourir de chaud. Nous avons été très surpris par la grandeur et la hauteur du stade. Comptez 4 euros pour y accéder, mais croyez-moi, vous en serez pas déçus, et vous pourrez même visiter le musée du stade avec une exposition d’affiches des Jeux Olympiques depuis leur création. 

Non loin du stade se trouve le temple de Zeus et la porte d’Hadrien, deux autres monuments et sites archéologiques. Nous avons ensuite visité le dernier site de notre pass : l’Agora romaine.

Un énième incontournable d’Athènes est d’aller boire un verre sur un rooftop afin d’admirer la ville de nuit dans un cadre vivant, souvent à l’écart des touristes. Nous avons testé le bar 360 Rooftop pour notre part et nous avons beaucoup aimé !

Jour 4

Nous avons attaqué notre dernier jour à Athènes en nous promenant dans le quartier de Exárcheia, connu pour son ambiance très citoyenne où les habitants gèrent beaucoup de choses eux-mêmes depuis la crise. Le quartier est également présenté comme le berceau de l’anarchisme en Grèce et est recouvert de tags et d’œuvres de street art. 

La chaleur écrasante typique d’Athènes (35 degrés mais ressenti bien plus élevé) a finalement eu raison de nous et nous avons décidé de nous réfugier dans le Musée Archéologique d’Athènes. J’avais lu sur plusieurs blogs que c’était le plus complet de la ville en terme d’archéologie, et je ne peux que vous dire que c’est vrai ! Comptez environ 2h pour faire le tour du musée sans forcément vous arrêter à toutes les œuvres, mais prévoyez plus si vous êtes de grands fans d’archéologie. L’entrée est à 10 euros ou gratuite pour les étudiants.

Avec cette chaleur, et comme nous avions fait tout ce qu’on voulait en 3 jours, nous sommes rentrés nous reposer avant de ressortir pour notre dernière soirée et réaliser le dernier incontournable de la ville : monter sur la colline Areopagus et admirer le coucher du soleil et la ville de nuit. Athènes est toute aussi jolie de jour comme de nuit, je vous conseille donc vraiment de prendre du temps pour vous y promener une fois la nuit tombée.

Quoi et où manger à Athènes ?

En vrac, je vous donne quelques spécialités grecques que vous devez ABSOLUMENT tester pendant votre séjour : le souvlaki (de la viande en brochette), le gyros (viande à kebab), la feta grillée, les glaces en général (ce sont des grands adeptes de crème glacée), l’expresso ou le cappuccino Freddo (du café glacé à tomber par terre et si peu cher), la pitta et le koulouri (un pain recouvert de sésame qu’ils mangent beaucoup comme ici en Allemagne on mange des bretzels). 

Je vous partage également mes meilleures adresses à Athènes :

  • Rozalia : un restaurant typique dans le quartier de Exárcheia, dans un cadre ombragé et charmant.
  • Quick Pitta : premier restaurant que nous avons testé en centre-ville, à tester si vous voulez goûter à plusieurs spécialités grecques en « petites » quantités.
  • Yard Restaurant : situé proche du musée de l’Acropole, ce restaurant est assez touristique mais reste très bon.
  • 360 Rooftop Café/Bar : un rooftop charmant et végétal pour boire un cocktail ou verre de vin avec vue sur l’Acropole. Vous pouvez même y manger un morceau.
  • Le marché de la place Monastiraki pour faire le plein de fruits et légumes.

Sachez également que le pouvoir d’achat est beaucoup moins élevé que dans d’autres pays européens comme la France ou l’Allemagne, vous pourrez donc bien manger pour moins de 10 euros par personne.

Si vous souhaitez plus d’adresses et la liste complète des lieux que j’ai pu citer ici, cliquez sur ce lien pour accéder à notre carte Google qui nous a permis de nous repérer pendant notre séjour.

Quelques conseils :

  • Si vous le pouvez, visitez Athènes entre octobre et mai, et évitez les mois les plus chauds ou vous ne profiterez pas à fond de votre séjour.
  • N’oubliez pas votre chapeau/casquette et votre crème solaire si vous voulez éviter les coups de soleil et l’insolation.
  • Prenez un logement en Airbnb ou appartement à louer pour pouvoir acheter vos légumes dans les divers marchés de la ville et les cuisiner, il n’y a rien de meilleur !
  • Si vous êtes étudiant, pensez à votre carte étudiante car beaucoup de monuments et de musées sont gratuits pour vous, ce qui n’est pas négligeable.
  • Sortez vos baskets de marche car Athènes est une ville en relief et beaucoup de sites comme l’Acropole sont plus facilement accessibles avec de bonnes chaussures.
  • Visiter un maximum de sites le matin pour éviter les touristes mais aussi pour éviter la chaleur. Chaque jour, nous finissions par rentrer vers 16h pour nous mettre au frais avant de ressortir vers 19h.

Je pense que 3 jours sont largement nécessaires pour visiter Athènes si vous voulez faire tous les principaux monuments et sites ainsi que vous promener un peu dans les rues des quartiers touristiques ou plus populaires. J’avais entendu dire qu’Athènes est une ville réputée pour être soit adorée, soit détestée, ce que je peux comprendre car elle reste une ville très peuplée, parfois sale dans certains quartiers, assez polluée et faite pour les amateurs d’histoire et d’archéologie. Mais malgré tout ça, ce que je retiendrai d’Athènes, ce sont ses habitants que j’ai trouvé adorables, le mélange entre urbanisme et archéologie, la diversité de cultures, ses quartiers populaires qui vivent en dehors du tourisme, et bien entendu son histoire !

À bientôt !

-Angelina

La vie étudiante à l’IHECS avec le CEICS

Etre en Erasmus, c’est aussi participer à la vie étudiante de son école. Et pour cela, Jade et moi avons pu compter sur le CEICS pour organiser des événements tous plus fous les uns que les autres !

Rodrigo, le président, et Maxime, le vice-président, ont accepté de répondre à nos questions concernant le cercle des étudiants de l’IHECS : le CEICS. Retrouvez l’interview dans la vidéo ci-dessous :

Maud

Les cours à la Hochschule der Medien

La moitié de notre séjour ici à Stuttgart à l’Université Hochschule der Medien s’est écoulée, alors il est maintenant temps de vous parler de nos cours et de l’école, et qui sait, peut-être de vous convaincre de venir étudier ici pendant votre semestre en Erasmus !

Un grand nombre de programmes appelés mineurs sont proposés par l’université. Pour ceux qui ont peur de la langue allemande, pas de panique, tous les programmes sont enseignés en anglais ! Vous pouvez retrouver tous les programmes juste ici, mais pour vous donner un avant-goût sachez que vous pouvez vous spécialiser en publicité, vidéos, management, design ou même journalisme ! 

Pour ma part, j’ai choisi la mineur « Media Creation and Management », où j’étudie notamment le marketing, l’entreprenariat et le management. Nous avions aussi le choix entre le cours de télévision et le cours de radio, et j’ai personnellement choisi la télévision. Dans ce cours, nous devons réaliser un court-métrage divertissant de 5 min, sans contrainte de thème ! Cela nous permet à tous de travailler notre créativité et nos compétences en audiovisuel. Du côté de la radio, les élèves doivent animer deux shows par semaine, dont le show dédié aux Erasmus intitulé « Lost in Germany ».

Quelques cours sont dispensés à travers des workshops, c’est-à-dire des ateliers sur plusieurs jours mêlant cours participatifs et mises en pratique. Dans ma mineur, nous avons pu assister à deux workshops sur l’entreprenariat et le management en temps de changement. Ces deux workshops étaient très intéressants et nous avons pu imaginer une réelle entreprise que nous avons ensuite présentée à de véritables entrepreneurs et spécialistes du domaine.

Ce système de mineurs a beaucoup d’avantages : 

  • Cela vous permet de progresser en anglais.
  • Les groupes d’étudiants Erasmus dans chaque mineur sont assez petits, environ 8 personnes, donc il est simple de construire des amitiés.
  • La charge de travail est relativement mince, tout comme le nombre d’heures de cours (j’ai personnellement 10 heures par semaine). Cela vous donne donc le temps de voyager, vous faire des amis, vous créer des souvenirs ou même travailler sur des projets personnels. 

En plus des cours, l’université Hochschule der Medien propose de nombreuses activités extrascolaires comme de la danse, de la natation, du yoga, des ateliers DIY et même du saut en parachute ! Également, une projection de film a lieu tous les mercredis soir dans le cinéma de l’université (oui oui il y a un cinéma), et c’est quasiment toujours en anglais ! Cette année, nous avons par exemple vu les films « Hidden Figures », « The Greatest Showman » ou « Moi, Tonya ».

Enfin l’association étudiante « Erasmus Student Network Stuttgart » est très active (retrouvez leur Instagram et leur Facebook ici) ! Nous vous avons par exemple déjà parlé de nos deux semaines d’intégration (la vidéo est juste ici si vous ne l’avez pas vue), mais leur investissement ne s’arrête pas là ! Ils ont par exemple organisé plusieurs marches à travers la ville ou la campagne aux alentours, des soirées sur le campus, des barbecues pour fêter la fin des workshops, et sûrement plein d’autres activités pour les semaines à venir.

Avec toutes ces informations, j’espère vous avoir convaincus de venir réaliser votre semestre en Erasmus à l’université Hochschule der Medien de Stuttgart ! 

À bientôt !

-Angelina